•  

    «Sept minutes pour apprendre à lire:

    à la recherche du temps perdu.»

    (clic)

     

    C'est sous ce titre un brin provocateur que trois chercheurs français livrent leur enquête sur la question du temps scolaire réellement utilisé par l'élève. Ce chiffre - 7 minutes -, pour le moins dérisoire, recouvre le temps quotidiennement consacré en classe de CP à l'«automatisation du code alphabétique», compétence déterminante dans l'apprentissage de la lecture. Il prend en compte le temps où l'élève est «réellement productif». «Temps qui, pour les élèves en difficulté, se réduit à l'interaction directe entre un élève et son enseignant», précise Bruno Suchaut, coauteur de l'étude. Des moments qui ne peuvent être que rares dans des classes comptant 25 élèves. «Plus du double serait nécessaire pour aborder la lecture dans de bonnes conditions», poursuit le chercheur.

    Au bout du compte, ces sept minutes quotidiennes ne représentent que 2% du temps scolaire! Au-delà de ces chiffres chocs, l'enquête s'intéresse au «temps effectif d'apprentissage de l'élève». Et pour arriver à ce temps, il convient de déduire de la durée officielle d'enseignement - 870 heures annuelles à l'école primaire - les absences des enseignants (2% du temps) et des élèves (environ 5%) ou encore la gestion du collectif. Sur ce dernier point, l'enquête reprend les conclusions d'un rapport de l’Éducation Nationale de 2011 sur la maternelle relevant «le caractère factice de certaines occupations qui meublent le temps scolaire sans profit réel».

    Un regard critique sur la politique éducative

    «À l'école primaire, le nombre d'heures a baissé de 500 heures par an en un siècle», ajoute Bruno Suchaut, qui évoque parallèlement une diminution du temps dédié aux matières fondamentales, au profit de nouvelles disciplines «comme le numérique, les langues vivantes, l'éducation à la santé, au développement durable»…

    Dans sa recherche du temps perdu, l'enquête s'intéresse également à l'optimisation du temps. «Les occasions d'apprendre doivent intervenir au moment opportun, et les apprentissages visés doivent cibler les compétences opportunes», posent les chercheurs qui portent, de fait, un regard critique sur la politique éducative actuellement menée. «Ce n'est pas une question de moyens», résume Bruno Suchaut, évoquant les 60.000 postes promis durant le quiquenat Hollande pour l'éducation. Au passage, la réforme des rythmes en prend pour son grade. «Telle qu'elle est mise en place, cette réforme impacte le temps périscolaire, mais n'influe pas sur les pratiques pédagogiques», estime le chercheur pour qui le milliard d'euros déboursé par l'État pour les nouveaux rythmes aurait pu aller à un dédoublement des classes en CP, à la généralisation du travail en petits groupes ou à une augmentation salariale des enseignants. Enfin, la formation des enseignants aborde insuffisamment selon lui cette question de l'optimisation du temps.

    «Tout cela relève d'un choix de politique éducative qui doit, au-delà des débats idéologiques, se baser principalement sur les conclusions des recherches validées par la communauté scientifique internationale», conclut l'enquête. «Les responsables politiques ne semblent pas faire la différence entre la vraie recherche et les gens qui émettent des idées sur la question éducative», regrette clairement Bruno Suchaut. Aujourd'hui basé en Suisse, où il est rattaché à l'unité de recherche sur le pilotage des systèmes pédagogiques (URSP) - l'équivalent en France de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Deep) -, le chercheur pointe «le mythe de l'égalité républicaine qui, en voulant offrir la même chose à tout le monde, ne va pas dans le sens de l'équité. La réforme des rythmes squi impose les mêmes contraintes partout est de ce point de vue éloquente».

     

    Mon opinion personnelle, de moi, à moi, pour moi (qui n'engage que moi et ne reflète peut-être pas la pensée du corps enseignant)...

    Youpi!!! Cet article est tellement en accord avec mes constats que j'ai parfois le sentiment de l'avoir écrit (les fautes d'orthographe en moins). Oui, à mon sens, il est temps de changer les choses en :

     

    1) se recentrant sur les fondamentaux (maths, français...)

     

    2) en limitant la dilution de nos compétences professionnelles  dans des actes aspects administratifs chronophages et qui manquent de lisibilité. (A titre d'exemple, la coexistence du socle commun de connaissances, de compétences et de culture  (rien que le nom déjà!)  et les bulletins/bilans de fin de période...au milieu desquels parents et enseignants ne s'y retrouvent pas toujours : à la fois pareils et dissemblables voire dissonants.)

     

    3) Une formation inadaptée. Le champ de l'enseignement est très vaste  :

    - il s'étend de la PS au CM2, en passant par les CLIS, ULIS, SEGPA, IME, milieu pénitentiaire...

    - il concerne des élèves issus de milieux différents (milieu urbain, milieu rural avec les contraintes qui incombent à cet environnement : transport, accès à la culture...)

    - les champs disciplinaires sont vastes et variés : mathématiques, français, éducation visuelle, E.P.S., histoire, géographie, sciences...autant de domaines qui demandent une maîtrise pointue et l'élaboration de connaissances pédagogiques et théoriques solides.

    - un élève en perpétuelle construction qui interroge sans cesse notre pratique de classe et nous incite à réviser  nos connaissances dans le domaine de la psychologie et du développement de l'enfant.

    Comment tout aborder en un an de formation ? Parce que la première de MEEF, on prépare le concours et que la deuxième behn on se prépare au métier. A mon sens, le compagnonnage pourrait être une réponse. Un peu à l’image des internes de médecine qui pratiquent et volent de leurs propres ailes mais avec l'accompagnement, le soutien, la bienveillance d'un professionnel, d'un référent...En bref, on fait sa classe mais avec l'expertise d'un professionnel...

     

    4) Une réforme des rythmes scolaires aberrante tellement l'intérêt de l'enfant n'est pas au centre des préoccupations : intérêts personnels des enseignants, intérêts individuels des familles et en question centrale : l'argent (mettre en œuvre des choses à moindre coût et sans vision à long terme!). Une gestion au jour le jour au petit bonheur la chance!!!

    * Important à savoir (et j'assume), je suis pour le respect (et donc) le changement des rythmes scolaires de l'enfant...Je suis convaincue que cette évolution (réfléchie, cohérente discutée et partagée...) sera une des clef pour la réussite de nos élèves...

     

    "Vous devez être le changement que vous voulez

    voir dans ce monde!" Mahatma Gandhi


    votre commentaire
  • Ce soir, rangement de la classe. (Re)-Découverte de quelques articles qui me confortent dans mes choix pédagogiques concernant la lecture et qui ont le méritent de me clarifier l'esprit.

    Lire, c'est envisager trois pistes de travail

    1) Travail d'acculturation : il s'agit d'aider l'enfant à se mesurer à la république des livres, à la part d'universalité dont ils sont porteurs. Pour cela, il semble nécessaire de développer les moyens d'accès au livre (BCD, bibliothèque).

    2) Éduquer au goût de lire : il convient alors de faire vivre aux enfants des moments de lecture qui répondent réellement aux bénéfices qu'on peut escompter dans la lecture : la régulation des activités humaines (textes injonctifs), le partage des savoirs (documentaires) et/ou des émotions (théâtre, récits, poésies, littérature).

     3) Transmettre la singularité de l’œuvre (apprentissage)  : doter les élèves de moyens de passer outre la résistance des textes. Les élèves doivent être en mesure de restaurer la compréhension, d'accepter que des zones d'ombre puissent subsister,  et concevoir que les interprétations puissent être plurielles.

    Source : "Les actes de Lecture n°73 "Des enfants, des écrits" ENSEIGNER LA LECTURE Pierre Sève

     

     

    • Une bonne entrée en lecture : l'album

    - expérience langagière proche de ce que l'on sait déjà dire (oralité transcrite...écriture à dire)

    - album : lieu de reprise d'une expérience de l'enfant (proche du vécu, interpellation de la part universelle de chaque lecteur)

    - fondement pour appuyer l'activité lexique sur l'émotion et la réception

    "Les actes de Lecture n°76 "L'album pour entrer en littérature" Yvane CHENOUF, Jean FOUCAMBERT et Jean FABRE.

     

    Ce passage devrait être complété par la présentation du remarquable auteur Dominique Piveteaud mais vu l'heure tardive... Je vous propose de remettre cette réflexion à plus tard. Bonne nuit....


    votre commentaire
  • C'est avec plaisir que j'ai écouté l'intervention de V. POUTOUX. Plaisir car elle rappelle les basiques de notre métier mais propose un projet ambitieux qui dépasse la cadre de nos classes : celui de l'éducation inclusive... Je pense que cet article est un joli clin d’œil à tous les enseignants spécialisés qui dans leurs pratiques quotidiennes contribuent à la réalisation de cet "idéal".

    PS : merci au collègue qui m'a fait découvrir le travail de l'AFAR!yes

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique